Le mot du Président

Entretien avec Yves Meignié, Président-directeur général de VINCI Energies

yves-meignie-mdp-2016

"À la fois interne et externe, la dynamique de transformation que vit VINCI Energies se retrouve dans notre manière d’appréhender l’innovation, très ouverte et agile, portée par nos entreprises et tournée vers l’amélioration continue de notre efficience et de celle de nos clients.

Dans un environnement économique tendu, quel regard portez-vous sur l’activité de VINCI Energies en 2016  ?

L’année écoulée a permis de montrer une nouvelle fois la solidité du modèle de VINCI Energies. Après la très forte croissance de 2015, notre chiffre d’affaires s’est maintenu au-dessus des 10 milliards d’euros, ceci malgré une croissance plus modeste. La résistance de l’activité et la progression de la rentabilité opérationnelle sur activité confirment également la résilience de VINCI Energies dans une économie atone, notamment en Europe, au Brésil, en Australie et dans certains secteurs d’activité comme l’Oil & Gas.

L’année 2016 a par ailleurs été une année de consolidation, nous permettant d’intégrer et de créer des synergies avec toutes les entreprises qui nous ont rejoints en 2014 et ont participé à la croissance de 2015, comme OEngenharia, Electrix ou encore Imtech ICT.

L’an passé a également vu l’achèvement de grands projets auxquels nous avons eu la fierté de participer, ce qui démontre la capacité de VINCI Energies à mener à bien des chantiers d’envergure. Je pense en particulier à la LGV SEA, projet phare de VINCI, ou au GSM-R, un partenariat public-privé concernant les infrastructures de télécommunication dans le secteur ferroviaire.

Comment VINCI Energies a-t-il poursuivi son développement à l’international ?

Après Electrix en 2015, l’australien J&P Richardson nous a rejoint, marquant la continuité de notre déploiement en Océanie. En Europe, nous poursuivons notre développement et la densification de notre réseau dans deux métiers importants chez VINCI Energies : celui du power & grid avec Omexom et l’acquisition de Powell Engineering en Grande-Bretagne, ainsi que celui de l’ICT avec Axians et Televic AV en Belgique.

Les marchés de VINCI Energies sont en pleine évolution. Quels en sont les drivers ?

La transition énergétique et la transformation numérique sont des moteurs pour chacun de nos domaines d’activité. Elles irriguent les projets que nous menons chaque année, alors que tous nos marchés deviennent « smart » : smart building, smart grids, smart industry, smart city, big data… Ces thématiques sont au cœur de nos expertises et des offres que nous proposons à nos clients pour les accompagner dans ces changements. À ce titre, l’acquisition de Smart Grid Energy, acteur majeur de l’effacement énergétique, est l’un des axes de développement de notre offre, au cœur de la transition énergétique. Il fait le lien entre nos différents domaines d’activité, de nos clients consommateurs d’énergie, du côté d’Actemium ou VINCI Facilities, à nos clients opérateurs de réseau du côté d’Omexom.

Les marques se sont renforcées ces dernières années. Quelles synergies observez-vous entre elles aujourd’hui ?

En effet, de plus en plus de synergies s’opèrent entre nos marques, contribuant à la construction d’offres conjointes. Ce constat a entraîné la création de la Factory, un lieu unique regroupant nos équipes de marques afin de favoriser et d’accélérer la réflexion sur la conception des offres de demain. Axians, en particulier, permet de développer des offres digitales et d’être en amont sur des sujets comme l’IoT dans le bâtiment ou l’industrie. Axians et Actemium ont par exemple travaillé conjointement sur les travaux de rénovation du réseau d’eau potable de Stuttgart en Allemagne.

L’innovation fait partie intégrante des offres de VINCI Energies. Comment s’exprime-t-elle ?

À la fois interne et externe, la dynamique de transformation que vit VINCI Energies se retrouve dans notre politique d’innovation, que nous voulons ouverte sur les acteurs et partenaires de notre écosystème. L’innovation est en effet primordiale chez VINCI Energies. Elle prend place tout d’abord sur le terrain auprès de nos entreprises qui développent de nombreuses expérimentations sur des offres réelles avec leurs clients.

Les relations qui se nouent de plus en plus entre différentes composantes de VINCI Energies et des acteurs extérieurs (start-up, universités, partenaires publics et privés…) développent ensuite cet objectif. Nous avons créé Inerbiz, un fonds d’investissement managérial et financier dédié à l’innovation, qui a déjà soutenu trois start-up. Ce fonds est né de notre volonté d’élargir le panel d’offres de VINCI Energies, de faire en sorte que des sociétés innovantes bénéficient de notre réseau pour leurs expérimentations, tout en nous faisant profiter de leurs solutions. Nous sommes aussi partenaire de thecamp, campus d’innovation numérique consacré à la ville de demain qui ouvrira ses portes à l’automne 2017 à Aix-en-Provence. Avec Cisco, nous avons également animé un espace dédié à la transformation urbaine lors de l’événement Viva Technology 2016, à Paris, qui a réuni start-up et grandes entreprises autour de projets collaboratifs.

Éthique, sécurité et recrutement sont des incontournables pour VINCI Energies. Comment ces enjeux prennent-ils place dans la vie des entreprises ?

Ces enjeux majeurs pour le futur de VINCI Energies sont déployés dans les entreprises au contact du terrain, suivis et animés par de nombreuses actions transversales. Notre modèle est aussi solide parce qu’il se fait dans le respect des règles. À ce titre, nous continuons d’accompagner, former et responsabiliser nos collaborateurs aux risques éventuels liés à certains marchés.

En matière de prévention, nous avons mis en place une démarche forte et à long terme sur la perception des risques lors de notre « Safety Week », événement annuel et mondial dédié à la sécurité. Partagé en toute transparence par nos collaborateurs et leurs managers, cet état d’esprit est incontournable dans notre objectif d’atteindre le « zéro accident ».

Nous sommes toujours très actifs dans le recrutement, plus dynamiques en 2016 que les années précédentes. Preuve de confiance dans l’avenir, le nombre de recrutements en CDI, d’alternants et d’apprentis a augmenté. La formation de jeunes constitue par ailleurs un investissement essentiel. Dans cette optique, nous avons une forte dynamique de partenariat avec des écoles, aussi bien techniques que d’ingénieurs, comme l’ENSE3, où nous participons activement à la formation de la promotion qui sera diplômée en 2018.