Maintenance de chalands à propulsion hybride pour la Marine Nationale

La Direction Générale de l’Armement (DGA) a commandé 8 chalands multi-missions (CMM) pour la Marine Nationale. Ces bateaux sont conçus pour naviguer dans les rades et à proximité des côtes. Leurs missions opérationnelles seront diverses : travaux sous-marins, transport de matériel, lutte contre la pollution, formation des plongeurs.

cmm_texteCegelec Défense et Naval Sud-Est, une entreprise de VINCI Energies a remporté le contrat de maintien en condition opérationnelle (MCO) pour 8 chalands multi-missions (CMM) de la Marine Nationale. Des bateaux avec une caractéristique particulière : ils sont à propulsion hybride.

Le maintien en condition opérationnelle, c’est quoi ?

Maintenir un équipement en condition opérationnelle, c’est assurer sa disponibilité un nombre de jours précis par an. Ce principe est valable pour tout type de bateau, du porte-avions aux plus petits équipements. « Il faut que l’équipage puisse disposer du CMM 335 jours par an. S’il tombe en panne, on doit pouvoir intervenir immédiatement » expliquent Pierre Talarmin, chef de projet, et Guillaume Serlooten, responsable d’affaires, tous deux chez Cegelec Défense et Naval Sud-Est.

Le moteur hybride, une innovation sur de petits bateaux militaires

Ces CMM ont une spécificité : ils sont à propulsion hybride avec batteries, et disposent donc d’un moteur thermique pour fonctionner en « mode classique » et d’un moteur électrique pour le mode « zéro émission ». C’est la première fois que la Marine Nationale implante des moteurs hybrides sur de petits bateaux. Cette partie concernant l‘énergie propulsion a été conçue par AltEn. L’avantage ? « Ces chalands se déplacent beaucoup à vitesse réduite. Les moteurs diesel ne sont pas adaptés aux faibles allures, au contraire du moteur électrique » explique Pierre Talarmin. En conséquence : moins d’émissions de gaz à effet de serre, mais aussi moins de bruit et de gaz d’échappement pour l’équipage.

Le contrat de MCO, remporté par Cegelec Défense et Naval Sud-Est auprès de la DGA porte sur l’ensemble des bateaux pendant une durée de 10 ans avec un engagement sur la « disponibilité de la propulsion » La propulsion va de l’hélice jusqu’au moteur, concerne les circuits annexes qui permettent de lancer le moteur, les circuits d’admissions d’eau et de gasoil, le parc batterie, les tableaux électriques… Au final, une grosse partie du bateau !

« En plus des 120 navires que nous entretenons déjà au profit de la Marine Nationale, c’est le 3e contrat global « construction+maintenance » que nous remportons pour le Ministère de la Défense. Nous sommes associés au constructeur, H2X, ce qui nous permet d’affirmer notre position sur les marchés construction + maintenance et d’être un partenaire référent », détaille Jean-Philippe Monnot chef de l’entreprise Cegelec Défense et Naval Sud-Est.

Les chalands de 24 m de long, 8 m de large et pesant 55 t ont été conçus par le Bureau MAURIC, avec une coque en aluminium et une superstructure en composite. Le premier CMM devrait être livré mi-2017. Après 3 mois de tests, la fabrication des 5 autres pourrait être lancée, pour une réception prévue entre 2019 et 2020. Deux CMM seront stationnés à Brest, deux autres à Toulon, un à Saint-Mandrier et un à Cherbourg. Deux sont en option pour les Antilles et la Nouvelle-Calédonie.

CMM_3_4_Ar_Ecol_Mer

Crédit photo © Bureau MAURIC / H2X