Palais Garnier : VINCI Energies remplace des équipements nécessaires aux éclairages scéniques

Une entreprise de VINCI Energies a travaillé sur le chantier de renouvellement des armoires de distribution électrique du mythique Palais Garnier à Paris.

Palais Garnier_texteMasselin, une entreprise de VINCI Energies, a travaillé sur le chantier de renouvellement des armoires de distribution électrique du Palais Garnier en suivant les concepts du bureau d’études ADB, également fournisseur du matériel.

« Nous avons démonté les armoires, deux de 1250A, deux de 800A, une en 400A puis repéré les circuits et monté les armoires de protection et les armoires de gradation », explique Yvan de la Llave, responsable d’affaires chez Masselin. « À partir des armoires, nous alimentons les équipements fournis par ADB, à savoir 13 baies de gradation. Ce sont elles qui alimentent toutes les lumières de la scène. Nous avions près de 1000 circuits à recâbler à partir de ces baies ». Toute l’installation devait être terminée en quatre semaines afin de ne pas perturber l’organisation du Palais Garnier. Ce chantier « coup de poing » a mobilisé 13 personnes de l’entreprise.

Le défi du chantier au Palais Garnier

Dans ce lieu, construit à la seconde moitié du XIXe à Paris, le chantier représentait un défi auquel se mêle la satisfaction d’avoir travaillé dans un bâtiment historique magnifique. « Le challenge a été de ne pas modifier l’existant : il ne fallait ni changer les câbles, ni modifier les courbures. Nous nous sommes donc adaptés au câblage existant, ce qui nécessitait entre autres un gros travail de repérage et de répartition des circuits en fonction des nouveaux gradateurs qui n’avaient pas le même encombrement », précise Yvan. « Travailler sur le Palais Garnier est une expérience très intéressante dans la vie d’un monteur. C’est un lieu splendide, chargé d’histoire. On en a pris plein les yeux ! »

Installations scéniques : une expertise bien particulière

« Nous travaillons régulièrement pour des théâtres, des salles de concert. Sur la partie scénique, nous avons récemment achevé le chantier du Théâtre de Caen. Nous avons également travaillé sur le Centre des congrès de Saint Brieuc, sur Le Cargo à Caen, sur le Théâtre de Val-de-Rueil… Il faut des compétences spécifiques, par exemple connaître le langage des scénographes. Nous travaillons également avec des technologies particulières. Le travail effectué doit se fondre parfaitement dans l’infrastructure et le décor et ne pas être visible des spectateurs. »