“La diversité est une richesse à laquelle je crois.”

Depuis 2017, la Fondation VINCI est partenaire de l’association Kodiko, qui a pour objectif d’accompagner les personnes réfugiées dans leur insertion professionnelle et leur recherche d’emploi.

Barbara MOULIN-RABEL, Cheffe de projet Développement RH & Diversité chez VINCI Energies, est marraine de Kodiko.  

Pourquoi avoir choisi de vous lancer dans Kodiko ?  

Je me suis d’abord engagée sur plusieurs projets avec des associations via la plateforme VINCI Solidarity : je m’occupais de groupes de personnes en les aidant sur un objectif précis et à distance. Forte de cette expérience, j’ai décidé de me lancer pour accompagner une personne de manière individualisée et sur une plus longue période. La diversité est une richesse à laquelle je crois, c’est pourquoi j’avais envie d’aider des personnes qui ont dû tout quitter pour trouver une nouvelle vie ailleurs. J’ai aussi pensé que, n’étant moi-même pas née en France, mon expérience pourrait être utile. Alors quand j’ai reçu le mail avec la proposition du projet Kodiko, je n’ai pas hésité une seule seconde à tenter l’aventure. 

Quelles étaient vos craintes vis-à-vis du programme ? 

Je n’avais pas vraiment de craintes au démarrage. Kodiko est une association très professionnelle, nous avons bénéficié dès le départ d’une formation et de nombreux conseils pour bien débuter, par exemple avec des guides très pratiques sur comment communiquer avec notre binôme.  

De plus, le binôme personne réfugiée / accompagnateur est soutenu par une personne « connecteur » qui fait le lien avec le binôme et Kodiko.  Cela a été vraiment précieux, l’expérience du “connecteur” aide beaucoup au début.   

En quoi consiste votre rôle de marraine ?  

Fadlallah, le jeune homme que j’ai accompagné, avait plusieurs projets professionnels au moment de notre première rencontre. Dans un premier temps, je l’ai aidé à clarifier son projet et à le préciser. Une fois cette première étape passée, j’ai pu le mettre en relation avec des professionnels dans mon réseau. Il a passé des entretiens et finalement décroché un contrat en CDDI dans une de nos entreprises. Pendant ces cinq mois d’accompagnement, nous avions un rendez-vous hebdomadaire via Teams pour échanger et faire un point d’étape. A cause de la covid et des restrictions durant l’hiver, nous n’avons pu nous rencontrer qu’une fois seulement sur mon lieu de travail.  

 Avez-vous une anecdote à partager ? Un moment fort que vous avez vécu ? 

Nous avons beaucoup ri en confrontant nos cultures d’origine, je viens en effet d’Autriche et Fadlallah du Soudan. Lors d’un déjeuner à la maison, nous avons préparé ensemble une formidable pizza, son plat préféré, avec plein d’ingrédients et couronnée d’une omelette soudanaise.  

Ce projet d’accompagnement personnel est aussi très vite devenu un projet familial, car Fadlallah était sans logement au moment de notre première rencontre et nous avons trouvé en famille une solution à ce problème. 

 Que diriez-vous à un collègue qui hésite à s’engager ?  

Il faut se lancer et ne pas avoir peur de ne pas réussir à intégrer la personne dans l’emploi immédiatement, il n’y a pas “d’obligation de résultat”. Ces 5 mois d’accompagnement ont été une aventure humaine formidable ! Lorsqu’en plus la personne arrive à s’insérer, c’est une très belle récompense pour les deux parties. 

Aujourd’hui, Fadlallah est en contrat d’insertion chez TIM, entreprise d’insertion spécialisée impulsée par la Fondation VINCI Pour la Cité, VINCI Energies et Vitamine T.  Barbara reste très impliquée dans les actions de solidarité, notamment pour les associations Bus des Femmes et Force Femmes